Volkswagen Import Auto

Tous les véhicules proviennent directement de concessions Volkswagen

Pour aller dans la rubrique véhicule de votre choix cliquer sur l’image de la voiture concernée

Tiguan Allspace Carat

California OcéanTDI DSG7

Tiguan R Line TDI ou TSI

Artéon R Line Jaune Curcuma

Nouvelle Polo TSI ou TDI

Nouveau T Roc

Passat SW Confortline et Carat

Nouveau Touareg TDI V6 R-Line

On ne présente plus la marque Volkswagen. Le constructeur a su s’imposer comme un acteur incontournable du marché automobile. Son succès est d’ailleurs insensible à la crise du marché automobile : 1er constructeur mondial en valeur, second en volume en 2014, seulement devancé par Toyota – peut-être plus pour longtemps, certaines prévisions donnant avantage au constructeur allemand dès 2018. Et pourtant, la marque Volkswagen aurait pu disparaitre aux lendemains de la guerre, sans un coup de pouce de l’armée britannique.

Volkswagen : « la voiture du peuple »

  1. L’Allemagne vient de bâtir nombre d’autoroutes, trop peu empruntées aux yeux d’Adolphe Hitler. Ce dernier est convaincu de la nécessité d’équiper chaque citoyen allemand d’une voiture. Ferdinand Porsche, fondateur autrichien de la marque Porsche, y voit l’opportunité de réaliser un modèle de voiture populaire accessible au « plus grand nombre ». Objectif : construire une voiture vendue à 1 000 reichsmarks, dont le poids n’excède pas les 600kgs, qui ne consomme pas plus de 7 litres au kilomètre tout en étant capable d’atteindre les 100kms/h. Porsche s’inspire alors de la Ford T, mais aussi de la V570 du fabricant tchécoslovaque Tatra.

Les constructeurs allemands de l’époque, sollicités pour la production de ce modèle, déclinent poliment l’invitation. Ils ne croient pas en la rationalité économique d’un tel projet. Ce n’est qu’en 1937 que la marque Volkswagen est créée, sous l’impulsion de l’organisation de loisirs KdF (« La Force par la joie ») alors sous la tutelle du Front allemand du travail. Après des débuts difficiles, « l’objet voiture » finit par se démocratiser : tous modèles et toutes marques confondus, 380 000 exemplaires sont produits en 1938, record national. La demande devient suffisamment importante pour lancer la production à grande échelle

Volkswagen durant la Seconde Guerre mondiale

C’est sans compter sur les enjeux politiques d’alors, forcément troubles. En 1939, l’usine de Wolfsburg est transformée en usine d’armement et de fabrication de pièces mécaniques afin notamment d’équiper l’aviation allemande. La majorité des voitures sortant des usines nationales à l’époque sont mises à disposition de l’armée : les trois véhicules produits par Volkswagen ne font pas exception à la règle. Il s’agit du modèle Kübelwagen, du Schwimmwagen et du Kommanderwagen qui a la même carrosserie que celle de la KdF.

L’usine Volkswagen ne tourne pourtant pas à plein régime, faute de main d’œuvre – des travailleurs étrangers, volontaires ou forcés sont engagés. Et puis, les bombardements successifs n’arrangent rien. Aux lendemains de la guerre, l’usine pour partie démolie est placée en zone d’occupation britannique. Ces derniers vont mettre à profit leurs compétences pour la remettre en état, machine par machine, avant de relancer la production de KDF afin d’équiper les forces d’occupation. La production stagne à moins de 1000 exemplaires par mois, ce qui est faible au regard des capacités de l’usine, mais demeure un exploit au regard de l’histoire récente de l’usine. C’est à ce moment-là, en 1948, qu’un ancien cadre d’Opel dénommé Heinrich Nordhoff reprend les commandes. Il va poser les bases de ce qui restera comme la marque de fabrique du groupe allemand : réseau de distribution solide et grande qualité du service après-vente.